Axe 3 : Transmission

Au nord comme au sud de la Méditerranée, les droits de la citoyenneté ne sont pas seulement façonnés par l’accès différentiel aux biens circulant sur le marché ou à la jouissance des biens immobilisés, ils le sont également en vertu de la capacité à transmettre et à hériter. En effet, les sources historiques attestent d’une connexion étroite entre l’inscription des individus dans une chaîne de succession et leur inscription dans une communauté territoriale. Si les successions faisaient l’objet d’une attention tout à fait particulière dans ces sociétés, et que des juridictions étaient instituées autour des biens en déshérence, c’est en effet que transmettre ou hériter des biens étaient des actions qui traduisaient un statut reconnu d’appartenance à une communauté tout à la fois parentale et territoriale. De quelles façons se formalisaient les enjeux de la transmission dans l’exercice d’institutions qui, en différents lieux, étaient préposées à la protection des successions incertaines et aux processus de dévolution en direction de leurs héritiers légitimes ? Qu’en était-il de cette condition “d’étranger” attachée communément ici et là à celui ou celle qui ne pouvait transmettre ? De tels questionnements offrent un terrain comparatif particulièrement fructueux pour saisir la relation de tout premier ordre instaurée dans ces sociétés entre les droits de citoyenneté et la transmission des biens. Ils seront explorés par une équipe de sept chercheurs dont quatre travaillent sur les sociétés européennes et trois sur celles du Maghreb. Les processus mis en lumière à partir de l’analyse de sources apparemment très éloignées, tribunaux de l’aubaine (Turin, Séville, Valladolid, Marseille), registres du Bayt al-mâl (Tunis, Alger), devraient dessiner des congruences inattendues, susceptibles, à partir de la question de la transmission, de reformuler les configurations de la citoyenneté.