PROCIT_Bienvenue !

Propriété et citoyenneté

au nord et au sud de la Méditerranée (XVIe-XIXe siècles)

Le programme PROCIT se propose d’explorer le thème de la citoyenneté du point de vue de la propriété et des droits qui y sont attachés, dans les sociétés de l’époque moderne. Ce projet entend contribuer à une recherche sur les processus d’intégration sociale ainsi que sur la nature des inégalités socio-économiques et juridiques qui en déterminent la direction, et qui, en même temps, en sont les produits. Deux choix en particulier caractérisent PROCIT : celui d’affronter les dimensions connexes de la citoyenneté, de l’intégration et des inégalités à partir de la longue durée du passé des sociétés méditerranéennes (XVIe-XIXe siècles) ; celui d’inscrire ces thèmes dans une perspective résolument comparative à partir de recherches menées dans les terrains européen, maghrébin, palestinien, égyptien et ottoman.

Citoyenneté

La notion de citoyenneté considérée dans ce projet ne réfère pas aux prérogatives politiques formelles dont se prévalent les ressortissants des États-nations mais à l’ensemble des droits auxquels donne accès une appartenance reconnue à une localité. Ces droits « d’appartenance », dans les sociétés que nous nous proposons d’analyser, sont à l’origine d’un accès différentiel aux ressources (que sont le marché, la propriété, le crédit, le travail, la charité, etc.) qui structure largement l’échelle sociale. Le terme « citoyenneté » renvoie ainsi à un statut dans lequel se rencontrent les droits d’accès aux ressources, la reconnaissance sociale de ces droits ainsi que la capacité de les revendiquer. Notre projet de recherche porte donc sur les processus qui, dans les différentes sociétés au nord et au sud de la Méditerranée, ont pu produire ce statut.

Propriété

Dans ce projet, la propriété s’est révélée être une variable fondamentale et commune aux différentes sociétés. Dans les sociétés modernes, la notion de propriété renvoie à un champ sémantique vaste, ne se réduisant pas à celui de la richesse matérielle : l’accès différentiel aux droits de propriété ne dessine pas seulement des hiérarchies économiques ou des primautés symboliques, mais crée des prérogatives qui investissent plus largement les individus. Dans un large éventail de cas, la condition de “citoyen” ou de sujet d’un pouvoir central est étroitement liée à la reconnaissance de la capacité à accéder à la propriété ou à la transmettre. Dans les sociétés modernes au nord et au sud de la Méditerranée, le rapport aux choses crée donc des statuts sociaux, des relations, des liens et donne accès à des droits d’appartenance. Ainsi, les capacités d’exercice des droits de propriété dessinent les contours de communautés locales et, en conséquence, celles de communautés territoriales plus vastes. L’accès à la propriété, en ce sens, est une étape essentielle de tout processus d’intégration sociale.

***

The PROCIT Project

The PROCIT program aims to explore the topic of citizenship from the point of view of property and the rights attached to it in societies of the modern era. This project aims to contribute to research on social integration processes as well as on the nature of the socio-economic and legal inequalities that determine its direction, and which at the same time are its products. Two choices in particular characterize PROCIT: that of confronting the related dimensions of citizenship, integration and inequalities from the long-term past of Mediterranean societies (16th-19th centuries); that of inscribing these themes in a resolutely comparative perspective from research conducted in the European, Maghreb, Palestinian, Egyptian and Ottoman territories.

Citizenship

The concept of citizenship considered in this project does not refer to the formal political prerogatives of nationals of nation states, but to all the rights granted to a recognized membership of a locality. These rights of “belonging”, in the societies that we propose to analyze, are at the origin of a differential access to the resources (that are the market, the property, the credit, the work, the charity, etc. .) which largely structures the social ladder. The term “citizenship” thus refers to a status in which the rights of access to resources, the social recognition of these rights and the capacity to claim them meet. Our research project therefore focuses on the processes that, in the various societies in the north and south of the Mediterranean, have been able to produce this status.

Property

In this project, ownership has proved to be a fundamental variable common to different societies. In modern societies, the notion of property refers to a vast semantic field, not reduced to that of material wealth: differential access to property rights not only draws economic hierarchies or symbolic primacy, but creates prerogatives that invest more widely in individuals. In a wide range of cases, the condition of “citizen” or subject of a central power is closely related to the recognition of the ability to access or convey ownership. In modern societies in the north and south of the Mediterranean, the relation to things creates social statuses, relationships, links and gives access to rights of belonging. Thus, the capacity to exercise property rights shapes the contours of local communities and, consequently, those of larger territorial communities. Access to property, in this sense, is an essential step in any process of social integration.

***