Axe 2 : Hors-Marché

Fondations waqf, fidéicommis, bénéfices… Le fil rouge qui relie des institutions aussi différentes est le processus qui en est à l’origine : des biens ont été soustraits au marché, pour être destinés à la transmission familiale ou à des institutions charitables ou religieuses. Quelle est la signification de ces opérations ? On a longtemps analysé les pratiques de biens waqf et des fondations en mainmorte sous le seul angle de leur capacité à sécuriser des patrimoines au prix d’une atrophie du marché. Or, plusieurs études récentes (au nombre desquelles celles portées par des membres du projet PROCIT) ont montré à quel point cette pratique a pu être utilisée par les acteurs sociaux pour charpenter leur propre succession et pour dessiner des configurations sociales spécifiques. En effet, les fondations ont joué un rôle important dans les stratégies de formation de communautés familiales, étroites ou larges (maisonnées), ou dans les processus d’intégration communautaire.

C’est par ce nouvel angle –qui interroge aussi la place de la charité dans des systèmes sociaux et religieux apparemment très éloignés – que l’étude de ces institutions (et de leur rôle dans les processus d’intégration) apparait être une entrée privilégiée dans l’analyse de la relation entre citoyenneté et propriété. À travers l’attention portée aux pratiques inhérentes à la constitution, à l’usage et au fonctionnement de ces institutions en différents points de l’espace méditerranéen (en Italie, Égypte, France et Tunisie), le projet comparatif mené par les cinq chercheurs associés à cet axe devrait mettre au jour des convergences et leurs logiques, susceptibles de renouveler l’approche du rôle des biens « hors marché » et d’en appréhender les dynamiques citoyennes.