Axe 1 : Marché et citoyenneté

Dans les différentes sociétés considérées, le lien souvent établi entre le « citoyen » (ou le natif) et le propriétaire, se doit d’être soumis à une analyse attentive à le soustraire à ce qui, du point de vue du sens commun, fait équivaloir propriété à richesse. Il est bien connu en effet que certaines communautés en étaient exclues (les juifs dans plusieurs villes européennes ; les dhimmî-s, au Maghreb ou en Orient, au moins à certaines périodes) ; et plus généralement en Europe occidentale la possibilité pour les « étrangers » d’acheter des biens immobiliers (maisons, terres etc.) était soumise à des contrôles sévères, voire à des interdictions. En somme, le marché était bien loin de s’identifier à cet espace libre d’échange et de communication que la tradition libérale a charpenté et que nous projetons sur le passé ; parmi les « règles du marché » figurent des conditions d’appartenance qui ont suscité une attention encore trop limitée de la part des chercheurs (historiens, sociologues, économistes) et que PROCIT se propose au contraire d’analyser attentivement sous un angle comparatif.

Quelles étaient les règles d’inclusion et d’exclusion du marché ? Quel était le rôle de la propriété et du marché dans les processus d’intégration ? Une comparaison attentive aux pratiques et aux actions voudrait évaluer ce que font les droits d’accès au marché. Les revendiquer, les étayer ou en faire valoir la dimension probatoire en fait une condition d’appartenance, et l’analyse de ces processus et de leurs grammaires permet de mettre en regard une pluralité de situations (souvent conflictuelles, en tout cas de mobilisation) se déroulant dans des lieux très différents. Dans ce cadre, la comparaison sera conduite par six historiens à partir de terrains de recherche, en Palestine, Algérie, Tunisie, Italie et France, déployant une vaste palette de contextes.