Workshop “Citoyenneté(s) et biens hors-marché”

Citoyenneté(s) et biens hors-marché

Coordination : S. Cerutti, T. Glesener, I. Grangaud et J.-B. Xambo

20 juin 2017

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence

Argumentaire

Dans ce projet, la propriété s’est révélée être une variable fondamentale et commune aux différents terrains. Ce constat était d’autant plus inattendu que, par rapport à ce thème, s’est construite l’image d’une irréductible distance entre le nord et le sud de la Méditerranée. Dans les sociétés modernes, la notion de propriété renvoie à un champ sémantique vaste, qui ne se réduit pas à celui de la richesse matérielle, alors que la relation classique, établie par l’historiographie occidentale entre citoyenneté et propriété s’est jusque-là essentiellement basée sur cette acception (voir les critiques présentes dans Costa 2005 ; Alfani et Barbot, 2009). L’accès différentiel aux droits de propriété ne dessine pas seulement des hiérarchies économiques ou des primautés symboliques, mais crée des prérogatives qui investissent plus largement les individus. En somme, dans les sociétés modernes au nord et au sud de la Méditerranée, le rapport aux choses crée des statuts sociaux, des relations, des liens et donne accès à des droits d’appartenance. Les capacités d’exercice des droits de propriété dessinent les contours de communautés locales et, en conséquence, celles de communautés territoriales plus vastes. L’accès à la propriété, en ce sens, est une étape essentielle de tout processus d’intégration sociale.

Fondations waqf, fidéicommis, bénéfices… Le fil rouge qui relie des institutions aussi différentes est le processus qui en est à l’origine : des biens ont été soustraits au marché, pour être destinés à la transmission familiale ou à des institutions charitables ou religieuses. Quelle est la signification de ces opérations ? On a longtemps analysé les pratiques de biens waqf et des fondations en mainmorte sous le seul angle de leur capacité à sécuriser des patrimoines au prix d’une atrophie du marché. Or, plusieurs études récentes (au nombre desquelles celles portées par des membres du projet PROCIT) ont montré à quel point cette pratique a pu être utilisée par les acteurs sociaux pour charpenter leur propre succession et pour dessiner des configurations sociales spécifiques. En effet, les fondations ont joué un rôle important dans les stratégies de formation de communautés familiales, étroites ou larges (maisonnées), ou dans les processus d’intégration communautaire.

C’est par ce nouvel angle – qui interroge aussi la place de la charité dans des systèmes sociaux et religieux apparemment très éloignés – que l’étude de ces institutions (et de leur rôle dans les processus d’intégration) apparait être une entrée privilégiée dans l’analyse de la relation entre citoyenneté et propriété. À travers l’attention portée aux pratiques inhérentes à la constitution, à l’usage et au fonctionnement de ces institutions en différents points de l’espace méditerranéen (en Italie, Égypte, France et Tunisie), le projet comparatif mené par les cinq chercheurs associés à cet axe devrait mettre au jour des convergences et leurs logiques, susceptibles de renouveler l’approche du rôle des biens « hors marché » et d’en appréhender les dynamiques citoyennes.

Programme des interventions

Sami BARGAOUI (Université de la Manouba, )

« Biens waqf et conflits d’appropriation dans la régence de Tunis à l’époque moderne »

Emanuele COLOMBO (Università cattolica di Milano, )

« Les églises ricettizie : biens communs et appartenance locale (Italie du Sud, époque moderne) »

Jean-François CHAUVARD (Université Lumière Lyon 2, LARHRA)

« Fidéicommis, ruines et police du bâti (Venise, XVIe-XVIIIe siècle)»

Pascale GHEZALEH (Université américaine du Caire, )

« La création d’un domaine public dans l’Égypte ottomane (XIXe s.) »

Yavuz AYKAN (Université Paris I, IHMC)

« Les notions de liberté dans la jurisprudence ottomane et leur conséquence sur le prix des corps et le travail »

Version pdf du programme : PROCIT 20.06_PROGRAMME